A propos de bénédictions, de mariage, de relations. Le cas des secondes noces.

L’histoire du refus et de la tolérance des secondes noces dans le christianisme ancien et médiéval, est bien connue. Dans les premiers siècles chrétiens, comme l’atteste ce qu’en disent les Pères de l’Eglise, les secondes noces ne sont au mieux que tolérées. Basile considère ainsi que les seconds mariages ne sont pas dignes d’être qualifiés comme tels (lettre 188). Les secondes noces font l’objet de dispositions canoniques qui marquent la réprobation pèse sur elles. Le remariage est ainsi interdit aux prêtres. Au fur et à mesure que la doctrine des sacrements se précise, notamment à partir du XIIe siècle, l’inclusion du mariage dans un espace proprement sacramentel conduit d’ailleurs dans un premier temps les réformateurs médiévaux à réaffirmer le refus ascétique des secondes noces. A partir du 13e siècle cependant, la tolérance des secondes noces regagne du terrain. À partir de Trente un certain nombre de glissements sont sensibles. Les pères conciliaires, sont confrontés à la question de la pratique des secondes noces (y compris hors veuvage) dans les églises grecques-catholiques de la méditerranée vénitienne. Ils réaffirment la discipline latine sur l’indissolubilité du mariage, sans pour autant condamner la pratique orientale. Si le canon 10 de la session 24 réaffirme la supériorité de la virginité, il le fait sans mention spécifique du cas des secondes noces. Si le discours ascétique sur ces dernières reste négatif, particulièrement dans certains courant du catholicisme moderne (notamment dans le jansénisme), la pratique semble de moins en moins découragée par le clergé. Ceci dit, en 1917, le code de droit canonique continue d’affirmer qu’une « chaste viduité » est « plus honorable » que des secondes noces qui sont cependant valides et licites (can. 1142). Ce n’est donc vraiment qu’au XXe siècle que les secondes noces perdent en catholicisme le stigmate qui leur a été longtemps associé. Le code de droit canonique de 1983 est ainsi complètement silencieux à leur sujet.

Ce sur quoi, on voudrait revenir ici c’est sur la dimension liturgique de cette histoire. En effet une des manières dont les communautés chrétiennes et leurs clergés ont manifesté leur désapprobation à l’égard des secondes noces, c’est en refusant de les bénir. Tant les églises latines qu’orientales ont partagé ce refus. Dans certaines traditions liturgiques grecques, le second mariage fait ainsi l’objet d’une cérémonie sans bénédiction et sans couronnes où sont prononcées sur les mariés des prières implorant en leur faveur la miséricorde de Dieu, que la faute qu’ils commettent en se remariant requiert. Les commentateurs modernes trouvent de ce point de vue les églises orientales plus sévères que les églises latines

Dans l’église latine, c’est une simple absence de bénédiction qui prévaut. Elle peut cependant être rigoureusement affirmée : les canons d’Aelfric d’Eynsham (c. 998) interdisent aux prêtres de bénir les secondes noces, imposent une pénitence aux contrevenants et interdisent encore à ces derniers d’assister aux réjouissances qui les accompagnent. Dans le Rationale, Guillaume Durand affirme que, dans les secondes noces, le mariage ne peut signifier le mystère de l’union mystique du Christ et de l’Eglise (un des arguments qu’Augustin mobilise contre les secondes noces).

Les pratiques semblent aussi avoir considérablement varié dans le temps et dans l’espace, ainsi qu’en termes de respects des normes. G. Mollat considère ainsi que nombre de clercs à la fin du Moyen-Âge bravent l’interdit de bénédiction. Autour du Concile de Trente, dans un moment de clarification du droit canonique sur le mariage, cette discipline évolue considérablement à la fois par rapport à la bénédiction des secondes noces et plus largement par rapport à l’économie liturgique de leurs célébrations. Dans le cas de la France, un manuel de 1538 de Toulouse défend encore explicitement la bénédiction des secondes noces sans distinction ; il est encore édité en 1552 sans modification ; un autre de Lyon de 1542 accorde par contre de bénir le second mariage d’un homme, si la coutume locale le permet comme elle le fait dans le diocèse, mais pas celui d’une femme ; un autre d’Urgel en 1540 distingue quatre bénédictions nuptiales selon la situation antérieure de chacun des époux. Le Rituale Sacramentorum de saint François de Sales (1612) refuse encore la bénédiction des secondes noces d’une femme et demande que le rite matrimonial sans bénédiction se fasse en dehors de la messe ; celui-ci inclut cependant la bénédiction de l’anneau. On retrouve des prescriptions de même type à Chartres en 1627. Par contre dans le rituel d’Ypres de 1639, il semble bien que la messe soit autorisée en cas de seconde noces. Le rituel romain de Paul V (1615) rappelle un interdit général de bénédiction des secondes noces, mais précise qu’il est possible de bénir les secondes noces d’un homme, là où la coutume le permet.

Progressivement, c’est ce dernier cas qui s’impose comme le seul dans lequel la bénédiction est omise. La discipline reste cependant encore en vigueur au début du XXe siècle et est reprise dans le missel de 1925. Les commentateurs justifient désormais l’omission non plus par le stigmate attaché au remariage, ou, comme Guillaume Durand, par son déficit de signification sacramentelle, mais par le fait que l’épouse ayant déjà reçu cette bénédiction qui s’adresse à elle spécifiquement lors de son premier mariage, elle ne peut la recevoir à nouveau puisque cette bénédiction demeure sur elle. Comme souvent aussi, les liturgistes des 18e et 19e siècles se sont employés à réduire la diversité historique et géographique de la bénédiction des secondes noces et à lisser son histoire pour justifier la pratique qui s’est généralisée après le concile de Trente. C’est par exemple ce qu’essaie de faire en 1725 Jean-Pierre Gibert dans sa Tradition ou Histoire de l’Eglise sur le sacrement de Mariage, non d’ailleurs sans grandes difficulté en raison de la variété des sources auquel il se confronte (cf. supra ; je m’appuie notamment sur lui). 

Quant aux rituels actuels, ils semblent ne plus guère se soucier de telles questions, en dehors de quelques omissions prévues dans les détails des bénédictions..

Quelques remarques finales dans la situation présente et de la récente intervention de la CDF.

Tout d’abord, la conception de la bénédiction a profondément évolué dans l’église latine sur le temps long. L’Eglise s’est mise à bénir ce qu’elle ne bénissait pas et a progressivement relâché ses règles, dans le temps d’ailleurs où elle les uniformisait. Comme souvent cette historicité semble ne pas trouver sa place dans la réflexion de certains théologiens.

A aucun moment dans cette histoire, il n’est question de bénir des relations. De ce point de vue la note de la CDF rompt assez radicalement avec la tradition liturgique : l’Eglise bénit des personnes (ensemble ou séparément) pour invoquer sur eux la grâce de Dieu. En même temps, cette rupture s’inscrit aussi dans l’évolution de la théologie du mariage au XXe siècle et dans la manière dont elle a substantialisé la relation matrimoniale.

Comme souvent les églises orientales ont une pratique liturgique qui articule de manière économique les temporalités individuelles et celle de l’Eglise. D’une certaine manière la pratique sévère des premiers siècles orientaux pourrait ouvrir des ressources pour penser la situation des chrétiens LGBT même (sinon d’abord) pour ceux qui pensent que l’enseignement actuel sur l’homosexualité tient et est théologiquement fondé. Peut-être du coup est-ce un meilleur point de départ pour la discussion dans la situation actuelle de désaccord.

Dans l’évolution récente du regard catholique sur les conjugalités, la réduction du mariage à sa fin procréative transforme la question des secondes noces en point aveugle de la réflexion. En retour, cette question est révélatrice des contradictions et apories de l’évolution contemporaine de la réflexion sur le mariage en catholicisme, et d’une certaine manière d’une forme de dé-théologisation de cette dernière

[cette note trop rapidement rédigée a vocation à évoluer en fonction de recherches complémentaires, en fonction aussi d’un accès plus facile à la bibliographie]

Petite bibliographie indicative

Hélène Bricout, Le Mariage entre consentement et bénédiction, Paris, 2015.

James A. Brundage, Law Sex And Christian Society in Medieval Europe, 1987.

James A. Brundage, « Widows dan Remarriage. Moral COnflicts and Their Resolution in Classical Canon Law »,, dans Sue Sheridan Walker, Wife and widow in Medieval England, Ann Arbor Mich., 1993, 17‑32.

Cristian Crisan, « Divorce, dissolution du lien et deuxième mariage dans les Eglises Orientales », L’année canonique, 2016-1, 135-158.

Carlo Jemolo, Il matrimonio nel diritto canonico. Dal Concilio di Trento al Codice del 1917, Il Mulino, Bologne, 1993

Charlotte Methuen, “The ‘Virgin Widow’: A Problematic Social Role for the Early Church?” Harvard Theological Review 90 (1997): 285–298.

Guillaume Mollat, « La bénédiction des secondes noces » dans Etudes d’histoire de droit canonique dédiées à Gabriel Le Bras, Paris, 1965, p. 1337-1339.

Giancarlo Pani, « Matrimonio e ”seconde nozze” al Concilio di Trento », La Civiltà Cattolica, 3943, 2014: https://www.laciviltacattolica.it/articolo/matrimonio-e-seconde-nozze-al-concilio-di-trento/


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.